Gynécologie

La sénologie

LA SÉNOLOGIE
L’équipe  médicale de Sénologie des Hôpitaux Civils de Colmar vous prend en charge lors d’une maladie bénigne ou maligne du sein.
Elle se compose de plusieurs chirurgiens
2 chirurgiens sénologues
Dr WEITBRUCH Delphine et
Dr GAPP-BORN Elodie
et 2 chirurgiens plasticiens
Dr ROBERT Emeric et Dr SCHOHN Thomas
A Pasteur 1, Service de Chirurgie Sénologique, Plastique, Reconstructrice et Esthétique
Consultations à Pasteur 1, Bâtiment 9B
tél. secrétariat : 03 89 12 41 71
1 chirurgien sénologue
Dr LUCAS Stéphane
A Pasteur 2, Service de Gynécologie et Obstétrique
Consultations à Pasteur 2, Consultations de Gynécologie au rez de chaussée
tél. secrétariat: 03 89 12 60 48
Le lieu de votre rendez vous et de votre prise en charge vous seront bien précisés au téléphone par les secrétaires.

 

Nous intervenons à plusieurs étapes de votre prise en charge

  • Pour l’aide au diagnostic (en cas d’anomalie clinique ou radiologique)
  • Pour une prise en charge personnalisée :

Une fois le diagnostic de cancer du sein posé, une première consultation vous est proposée. Elle permettra de vous expliquer l’ensemble des résultats, de programmer d’éventuels examens complémentaires, de vous expliquer le plan de soin, et de planifier les différents RDV nécessaires (oncologue en vue d’une chimiothérapie, radiothérapeute, soins de support)

  • Pour assurer votre prise en charge chirurgicale

Chaque dossier est ensuite présenté lors de réunions du comité pluridisciplinaire (RCP) regroupant des médecins de spécialités diverses (chirurgiens, oncologues, radiothérapeutes, radiologues, pathologistes) où les décisions de traitement sont prises de façon collégiale.

  • Pour assurer votre suivi et votre surveillance à court et moyen terme

Après un cancer du sein, un suivi à vie est nécessaire.  Il se compose d’une mammographie annuelle et d’un examen clinique tous les 6 mois pendant 5 ans puis de façon annuelle. Ce suivi post-traitement sera dans la mesure du possible assuré par les médecins hospitaliers pendant 5 -10 ans en moyenne, éventuellement en alternance avec le médecin de ville (gynécologue ou médecin généraliste + radiologue), parfois dans le cadre du réseau ROCA (Réseau Oncologique d’Alsace).

Par la suite, il pourra intégralement être assuré par le médecin généraliste, le gynécologue habituel et le radiologue.

Prises en charge particulières

Nous avons pour objectif d’optimiser la prise en charge de nos patient(e)s et en particulier :

  • De nos patient(e)s de plus de 75 ans grâce à une prise en charge adaptée à votre âge et ceci, par une collaboration étroite avec l’équipe d’oncogériatrie
  • Des femmes à haut risque de cancer du sein : dépistage, prévention et prise en charge

Certain(e)s patient(e)s présentent un risque plus élevé de développer un carcinome mammaire. Un suivi spécifique est donc nécessaire.  Il s’agit  des patient(e)s présentant un risque génétique (mutation BRCA1, BRCA2, PALB2…), un risque histologique (certaines lésions mammaires), un haut risque familial sans mutation retrouvée (présence de nombreux cas dans la famille), ou certaines autres situations comme un antécédent de radiothérapie thoracique… Une consultation d’oncogénétique pourra éventuellement vous être proposées pour définir ce risque.

Dépistage, surveillance et prise en charge seront adaptés à chaque situation particulière.

Certaines patientes souhaitent une chirurgie reconstructrice d’emblée ou à distance. Des gestes d’oncoplastie simple pourront être réalisés par les chirurgiens sénologues. Dans les autres situations, le geste chirurgical se fera en collaboration avec le chirurgien plasticien et de la reconstruction.

Pathologie bénigne du sein – le traitement

En cas de pathologie bénigne, la prise en charge sera adaptée et reposera soit en une simple surveillance, soit en une chirurgie associée à une surveillance.

Carcinome mammaire – les différents traitements disponibles

Chirurgie 

La chirurgie reste la pierre angulaire du traitement du cancer du sein localisé, il est exceptionnel qu’elle ne soit pas indiquée. Ses indications peuvent être étendues à des cancers du sein plus évolués. Elle est assurée selon les besoins spécifiques de la patiente, par des chirurgiens sénologues, souvent  formés à la chirurgie plastique oncologique ou selon la situation en collaboration avec un chirurgien plastique et de la reconstruction. Elle repose sur une chirurgie du sein conservatrice (préservation du sein) ou radicale, c’est à dire en l’ablation complète du sein (mammectomie/mastectomie)

Chimiothérapie

La chimiothérapie peut être néoadjuvant, c’est à dire qu’elle va précéder la chirurgie. Dans ce cas, elle a pour but un contrôle rapide de la maladie, diminuer le volume tumoral afin d’envisager une chirurgie conservatrice ou permettre une chirurgie non faisable avant. Elle peut également être un traitement secondaire à la chirurgie, on parle alors de chimiothérapie adjuvante. Elle joue alors un rôle dans la prévention et diminue le risque de rechute de cancer du sein et détruit d’éventuelles cellules cancéreuses résiduelles.

Hormonothérapie

L’hormonothérapie modifie la sécrétion d’hormones ou bloque leur action. Son objectif est afin de stopper la prolifération des cellules tumorales. Elle n’aura d’intérêt que si la tumeur exprime des récepteurs aux hormones (œstrogènes et/ou progestérone). Ce traitement joue également un rôle non négligeable sur le risque de rechute locale, l’apparition d’un nouveau cancer ou de métastases. Plusieurs molécules sont disponibles, le choix dépend de plusieurs critères et sera adapté à chaque patient(e)s.

Plusieurs traitements sont possibles :

Thérapies ciblées (Herceptin®)

L’Herceptin® constitue un traitement spécifique des cancers infiltrants surexprimant une protéine située à la surface des cellules cancéreuses : la protéine Her2. Lorsque ce traitement est indiqué, il est associé à une chimiothérapie. Il peut être proposé avant et/ou après la chirurgie et se compose de 18 cures au total (1/3semaines) ce qui constitue 1 an de traitement. Son rôle est primordial dans les tumeurs « HER2 positive » puisqu’il est associée à une réduction importante du risque de rechute.

Radiothérapie

 Il s’agit d’un traitement utilisant des rayonnements ionisants (photons et/ou électrons). Elle permet d’empêcher  la multiplication des cellules.

La radiothérapie débute, après un intervalle de temps variable, après la chirurgie afin de diminuer le risque de rechute locale et/ou régionale du cancer du sein. Cet intervalle de temps dépendra du plan de soins défini.

Elle est prescrite à raison de 4 ou 5 séances par semaine pour une durée de 5 à 7 semaines. Un scanner dosimétrique sera systématiquement réalisé avant son initiation afin d’adapter les doses à chacun. Il existe également d’autres schémas afin de permettre une prise en charge adaptées et optimisées à certaines situations particulières.

En cas de métastases, c’est à dire de localisation de cellules cancéreuses à distance du site primitif que constitue le sein, les traitements, leur ordre… peuvent être modifiés. D’autres traitements spécifiques sont également disponibles. La stratégie thérapeutique sera donc adaptée à chaque situation propre. Le suivi sera plus rapproché, avec des examens réguliers visant à évaluer la tolérance et l’efficacité des traitements prescrits.