Gynécologie

Les cancers pelviens

NOTRE SERVICE PREND EN CHARGE les différents types de cancers gynécologiques

Le cancer de l’ovaire /Le cancer du col de l’utérus : 

dépisté par la réalisation régulière d’un frottis du col

Le cancer de l’endomètre :

concerne les femmes plus souvent après la ménopause

Tout saignement chez une femme ménopausée doit faire consulter rapidement un gynécologue.

Notre équipe vous accompagne dans les différentes étapes de votre prise en charge

  • POUR L’AIDE AU DIAGNOSTIC (EN CAS D’ANOMALIE CLINIQUE OU RADIOLOGIQUE)

Selon le cas, une biopsie peut être nécessaire afin de poser le diagnostic de cellules cancéreuses. Selon la localisation, le prélèvement sera réalisé par nos gynécologues directement en consultation ou à l’aide d’un guidage par caméra (hystéroscopie ou cœlioscopie) Les résultats sont disponibles sous une semaine en règle générale.

  • POUR VOUS EXPLIQUER LES DIFFERENTES ETAPES

Une fois le diagnostic de cancer gynécologique posé, une première consultation avec un gynécologue vous est proposée. Elle permettra de vous expliquer l’ensemble des résultats, de programmer d’éventuels examens complémentaires (IRM, scanner, prise de sang etc.), de vous expliquer le plan de soin, et de planifier les différents RDV nécessaires (oncologue en vue d’une chimiothérapie, radiothérapeute en vue d’une radiothérapie, soins de support)

  • POUR ASSURER UNE PRISE EN CHARGE MULTIDISCIPLINAIRE

Chaque dossier est présenté lors de Réunions de Concertation pluridisciplinaire (RCP) regroupant des médecins de spécialités diverses (chirurgiens, oncologues, radiothérapeutes, radiologues, pathologistes). Les décisions de traitement y sont prises de façon collégiale, en s’appuyant sur les dernières recommandations scientifiques tout en s’adaptant à la spécificité de chaque cas.

  • POUR ASSURER LE TRAITEMENT CHIRUGICAL

Les interventions chirurgicales ont lieu au bloc opératoire de Pasteur et sont assurées par notre équipe de gynécologues spécialisés en cancérologie pelvienne, si nécessaire avec la participation d’autres équipes de chirurgiens. (urologues, vasculaires, digestifs).

  • POUR ASSURER VOTRE SUIVI ET VOTRE SURVEILLANCE À COURT ET MOYEN TERME

Après un cancer gynécologique, un suivi à vie est nécessaire.  Il se compose d’un suivi gynécologique rapproché avec examen clinique et d’éventuels examens complémentaires dont la fréquence dépend du type de cancer, allant de tous les 3 à 6 mois les 5 premières années puis annuel au-delà. Le suivi est alors assuré par le gynécologue.

Prises en charge personnalisées :

Nous avons pour objectif d’optimiser la prise en charge de nos patientes et en particulier :

  • DE NOS PATIENTES DE PLUS DE 75 ANS GRÂCE À UNE PRISE EN CHARGE ADAPTÉE À VOTRE ÂGE ET CECI, PAR UNE COLLABORATION ÉTROITE AVEC L’ÉQUIPE D’ONCOGÉRIATRIE
  • DES FEMMES À HAUT RISQUE DE CANCER DE L’OVAIRE :

Certain(e)s patient(e)s présentent un risque plus élevé de développer un carcinome ovarien ou mammaire. Un suivi spécifique est donc nécessaire.  Il s’agit  des patientes présentant un risque génétique (mutation BRCA1, BRCA2…), un haut risque familial sans mutation retrouvée (présence de nombreux cas dans la famille) … Une consultation d’oncogénétique pourra éventuellement vous être proposée pour définir ce risque.

Dépistage, surveillance et prise en charge seront adaptés à chaque situation particulière.

LES DIFFÉRENTS TRAITEMENTS DES CANCERS GYNECOLOGIQUES (ovaire-utérus-col de l’uterus)

Il s’agit là d’un aperçu des différents traitements possibles. D’autres traitements spécifiques sont également disponibles. La stratégie thérapeutique sera adaptée à chaque situation propre.

Chirurgie 

La chirurgie reste la pierre angulaire du traitement des cancers gynécologiques. Il est exceptionnel qu’elle ne soit pas indiquée. Dans certains cas, elle est réalisée par coelioscopie ()(intervention avec une caméra, ouvertures plus petites). La coelioscopie a l’avantage de ne laisser que de petites cicatrices sur la peau et permet une récupération plus rapide. Dans d’autres cas, l’intervention est réalisée par laparotomie, c’est-à-dire par ouverture classique avec cicatrice plus large. La voie d’abord varie selon le type d’intervention à réaliser et chaque indication est discutée au cas par cas.

Chimiothérapie

La chimiothérapie peut être néo-adjuvante, c’est à dire qu’elle va précéder la chirurgie. Dans ce cas, elle a pour but un contrôle rapide de la maladie,afin de faciliter ensuite la chirurgie. Elle peut également être réalisée après la chirurgie, on parle alors de chimiothérapie adjuvante. Elle aura alors 2 actions : détruire d’éventuelles cellules cancéreuses résiduelles et diminuer le risque de récidive.

Radiothérapie

Il s’agit d’un traitement utilisant des rayonnements ionisants (photons et/ou électrons). Elle permet d’empêcher  la multiplication des cellules.

La radiothérapie peut être elle aussi être réalisée avant ou après la chirurgie et débuter, après un intervalle de temps variable. Son but est de diminuer le risque de rechute locale et/ou régionale du cancer.

Elle est prescrite à raison de 4 ou 5 séances par semaine pour une durée de 6 à 8 semaines. Un scanner dosimétrique sera systématiquement réalisé avant son initiation afin d’adapter les doses à chacun. Il existe également d’autres schémas afin de permettre une prise en charge adaptée à certaines situations particulières.

Curiethérapie

Il s’agit également d’un traitement utilisant des rayonnements ionisants (photons et/ou électrons) mais dont la source est directement implantée à l’intérieur du corps au plus près de l’organe cible. Elle permet d’empêcher  la multiplication des cellules. Cela permet de concentrer les doses sur un petit volume sans agresser les tissus environnants. Elle est essentiellement utilisée pour le cancer du col de l’utérus.

Dans tous les cas, la stratégie thérapeutique sera adaptée à chaque situation propre. Le suivi sera rapproché, avec des examens réguliers visant à évaluer la tolérance et l’efficacité des traitements prescrits.

Les soins de supports :

Parce qu’il est important dans ces situations de prendre soin de soi :

La maison de la Ligue de Colmar vous propose un soutien psychologique, un soutien social et de nombreuses activités (relaxation, bien être, gymnastique douce, artistique) et des temps d’écoute et de paroles.

http://www.liguecancer-cd68.fr/colmar. N’hésitez pas à les solliciter.